approximite.fr, retour à la page d'accueil

Détail de l'actualité

Imprimer la page

Du bœuf 100 % mayennais…

Depuis quelques mois, la presse locale en parle régulièrement. Mais de quoi s’agit-il ? Du bœuf mayennais bien sûr ! Il revient en force dans les établissements scolaires grâce à l’association ECLA 53 (Éleveurs et collectivités associés). Rencontre avec son Président Sylvain Rousselet, agriculteur à Ruillé-Froid-Fonds.

Sylvain, peux-tu nous présenter ton exploitation ?
Je suis installé depuis 2009 dans l’exploitation familiale, spécialisée en viande bovine. Je possède aujourd’hui un cheptel de 300 animaux dont 75 vaches allaitantes de race Rouge des Prés. La surface est de 104 hectares dont 60 % de prairies. Le reste correspond à des cultures de maïs et de blé que je cultive uniquement dans le cadre d’une autoconsommation.
Depuis quelques temps nous entendons beaucoup parler d’ECLA, association dont tu es Président. Peux-tu nous expliquer sa vocation ?
L’association ECLA 53 a été créée le 25 septembre 2017. Il s’agit à la base d’un projet d’éleveurs qui a pour objectif de mieux valoriser leur production. Dans un premier temps, ce projet s’adresse à tous les éleveurs de races à viandes. A la base, tout est né d’un constat simple : les éleveurs sont aujourd’hui frustrés de vendre leurs animaux à un prix ne couvrant pas l’ensemble du coût de production ; il existe un manque de structuration pour répondre à la demande de la restauration collective et le ressenti d’un besoin de travail collectif pour répondre à la demande régulière en gros volume.
Aujourd’hui quelle est votre clientèle ?
Dans un premier temps notre objectif a été de mobiliser les établissements scolaires (collèges et lycées) afin de connaître leurs besoins et leurs impressions sur la viande et le service que nous proposons. L’objectif est bien sûr de s’ouvrir à l’ensemble des établissements de la restauration collective (restaurants scolaires, EHPAD, hôpitaux, restaurants d’entreprises…). Ces structures, de par leurs contraintes budgétaires et la demande du consommateur, ont tendance à commander les avants de la bête. Pour atteindre l’équilibre carcasse, il nous est donc indispensable de travailler avec la restauration traditionnelle ainsi que les grandes et moyennes surfaces (GMS) dans un second temps privilégiant les morceaux nobles (arrières de la bête).
Quels types de morceaux les cuisiniers peuvent-ils commander ?
En ce qui concerne la restauration collective, les morceaux proposés sont : rôti, steak entier, bourguignon, pot au feu, émincé, haché vrac et steaks hachés 5 % et 10 % MG.  Pour la restauration traditionnelle nous proposons des côtes de bœuf, du filet et du faux filet mais aussi des morceaux à la demande en PAD.
Quels sont vos projets à venir ?
Mise à part le dépôt d’une marque, notre ambition première est et a toujours été un service client irréprochable. Nous avons non seulement le chef de cuisine mais également les consommateurs à satisfaire de par la qualité de la viande proposée par nos éleveurs mais également par le service associé.


A noter depuis le 3 avril 2018, ECLA 53 a lancé sa marque Cœur de Mayenne afin de mieux communiquer et de promouvoir la viande de nos éleveurs.