approximite.fr, retour à la page d'accueil

Détail de l'actualité

Imprimer la page

…dans les assiettes des collégiens, un test réussi !

"Je suis Chef de cuisine au collège Jules Renard depuis septembre 2013, indique Eugène BRAULT et nous formons une équipe de cinq personnes. Tous les jours, nous fabriquons 800 repas car nous livrons le collège Fernand Puech. C’est un peu le hasard qui a fait que je suis entré dans la restauration collective et avant d’être à Laval, je suis passé par le collège d’Ernée.

Au sein de l’établissement, nous travaillons depuis plusieurs années les produits locaux et l’impulsion donnée par le Conseil Départemental nous a confortés dans notre démarche. A ce jour, nous atteignons les 50 % de produits mayennais et nous travaillons régulièrement avec les producteurs mayennais comme la Ferme de Cornesse, les volailles du Gault, la Fromagerie des Epiés, les Dubourg, l’EARL Lepage, Notre basse-cour… Sans oublier la Légumerie 53, les Gorronnaises, la Galetière, le Verger des Vallonnières, Sofral, Vaubernier, la laiterie Bio du Maine… Alors, quand les éleveurs d’ECLA 53 sont venus frapper à notre porte, nous avons accueilli le projet avec intérêt. De la viande mayennaise, élevée par des éleveurs mayennais, abattue et découpée sur le département, avec une juste rémunération pour les producteurs : on ne peut qu’y être favorable !
Ensuite, il a fallu essayer ! Et là encore, test réussi… En effet, je n’ai rien à redire sur la qualité de viande, aussi bien sur le haché, le bourguignon que le rosbif. Le conditionnement me convient également car il y a moins d’emballage. Le prix de la viande est légèrement plus cher qu’avec des entreprises françaises mais je m’y retrouve sur la perte qui est moindre.
J’espère que ce projet va se pérenniser car je pense que c’est une bonne chose pour notre département, pour les éleveurs et pour nos enfants. Et pour que cela fonctionne, il faudra forcément une certaine anticipation de notre part. Les agriculteurs doivent répondre à nos contraintes mais nous aussi, nous devons adapter nos pratiques. "